"Givrée", Alain Monnier, édition Flammarion, 2006

Merci à vous de m'avoir recommandé ce livre, j'ai bien aimé et comme pour la première partie de "bifteck", cela fait du bien de passer un moment avec ce genre de roman, surtout par les temps qui courent.

Mais il ne faut pas s'y tromper, que de choses sérieuses sont abordées dans ce désopilant ouvrage.

La trame du roman (comique, hilarante, gaie, enjouée) n'est là en fait que pour permettre à l'auteur d'aborder au "hasard" de sa narration, des faits de société, d'analyser le comportement des individus leur personnalité. Et ça fait mouche. 

Qu'ils soient d'ordre économique, ou qu'ils concernent l'aspect comportemental des individus leurs relations, les sujets sont abordés avec une ironie toujours mesurée, évitant les clichés, mais toujours avec une grande justesse de ton.

Et l'auteur n'oublie pas de nous surprendre. Que de contrastes par exemple dans la personnalité de Marie. A la fois "givrée" "frigidaire" voir frigide? mais ne repoussant pas tant que cela les aventures malgré tout, il nous faudra attendre la fin du roman pour la voir se dégeler et même s'échauffer à la découverte de l'amour. 

Pas mal non plus le passage à la radio. Mais toutes les situations valent d'être reprises, commentées. Ce serait trop long, la meilleure solution est donc de lire ce roman.

Un bon moment de lecture. Écrire des choses sérieuses sur des choses sérieuses sans se prendre au sérieux pourrait être une conclusion pour cet agréable ouvrage.

Guy