Variations sauvages, Grimaud Hélène, Robert Laffont

Publié le par guedou.alivreouvert.over-blog.com

variations-sauvages.jpg

Témoignage d'Hélène Grimaud, pianiste virtuose, qui retrouva la sérénité en vivant au milieu de sa meute de loups dans l'Etat de New York. Elle raconte ici son enfance insoumise, sa différence et ses chemins buissonniers.

Publié dans Rencontre 24 juin 2011

Commenter cet article

Nathalie 22/09/2011 18:59


Il y a déjà trop longtemps que j'ai lu ce petit livre (plusieurs années) pour en faire un commentaire pertinent. Je me souviens l'avoir apprécié pour la fougue d'Hélène Grimaud. J'ai lu ensuite
"Leçons particulières" qui racontait son escapade en Italie. Quel talent! Et puis, pour avancer encore, j'ai lu aussi "Femmes qui courent avec les loups", de Clarissa Pinkola Estès, dont je
conseille la lecture à toutes mes soeurs. Cet été, j'ai lu un autre livre qui m'a passionnée: "Le philosophe et le loup: Liberté, fraternité, leçons du monde sauvage", de Mark Rowlands. Je ne sais
pas s'il a rencontré Hélène Grimaud... Toujours près des loups, je pense au livre de Sylvain Tesson "L'axe du loup: De la Sibérie à l'Inde, sur les pas des évadés du goulag". Il s'agit d'aventure
humaine. Cet été, il y a eu une émission de radio "Figures libres - Semelles de vent" de 49 minutes sur "France Culture", avec Sylvain Tesson sur ce livre le 28 juillet 2011 dont voici le lien
:

http://www.franceculture.com/emission-figures-libres-semelles-de-vent-sur-la-route-des-evades-du-goulag-2011-07-28.html

Au bout de 18 minutes d’émission, j’ai trouvé ce témoignage qui m’a émue :

Sylvain Tesson va rencontrer dans un village cette Lituanienne déportée en Sibérie.
C’est elle qui parle :
«- Ils sont venus nous chercher le 16 juin 1941 en pleine nuit. J’avais dix-sept ans. Je suis descendue dans la salle commune de la ferme. Il y avait mon père, nu, encadré de soldats. Ils le
frappaient. Lui hurlait : Où sont mes enfants ? Où est ma femme ? Ils nous ont dit de mettre des robes, ils nous ont embarqués dans un camion et ma mère a sangloté : Qui va s’occuper des vaches ?
Par la suite, j’ai pu consulter mon acte de condamnation. Il était spécifié que j’avais été arrêtée parce que je menais des « activités souterraines ». Mais les seules activités souterraines que je
menais, c’est quand j’allais ranger les pommes de terre dans notre cave. J’en ai pris pour 20 ans et depuis je suis là, je ne suis jamais rentrée en Lituanie. Cela fait soixante et un ans.
- Et l’évasion, Yadviga Petrovna ?
- C’est que pour s’évader il faut avoir quelque part où aller. »

C'est terrible, non?

¤¤¤Nathalie¤¤¤