Ouragan, Laurent Gaudé, Actes Sud, 2010.

Publié le par guedou.alivreouvert.over-blog.com


 

Ouragan-Laurent-Gande.jpg

Au coeur de la tempête qui dévaste La Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure.


 

 

  Laurent Gaudé interviewé à Paris par Luc Bouchard

 

Commenter cet article

guedou.alivreouvert.over-blog.com 24/03/2011 14:38


Après avoir lu "Le Maître de thé", le contraste est saisissant. Pour le coup, je retrouve ici les non-dits du roman de Yasushi Inoué. A partir de ce cataclysme naturel qu'a été l'ouragan Katrina
aux Etats-Unis en 2005, Laurent Gaudé dévoile ce qui peut se cacher sous "la boue, la crasse et le poil". Des personnages forts se détachent de ce récit, comme la presque centenaire noire qui reste
debout et sait donner de la voix ou bien ce nouveau travailleur de la mer, échappé d'une plate-forme pétrolière à la suite d'une autre tragédie, prêt à changer sa vie et qui part à contre-sens pour
rejoindre Rose à la Nouvelle-Orléans.
Deux extraits pour vous donner envie d'aller lire ce livre :
p.162 : "Ils ont honte. C'est bien. J'ai souvent provoqué la honte dans le regard des autres, je m'en accommode. Qu'ils baissent les yeux, qu'ils rangent leur pancarte. Nous n'avons besoin de
personne, nous sommes noirs et nous savons marcher." (Josephine Linc. Steelson) - Steel signifie "acier" en anglais... Cette vieille femme a un caractère bien trempé !
et p.167 : "Les hommes ne sont rien mais l'ont oublié depuis si longtemps que chaque soubresaut de la terre leur semble être un cataclysme. Ce n'est qu'un mouvement de vie plus sourd, plus lointain
que le leur. Quelque chose au regard duquel leur vie d'homme n'est rien et ne compte pas. Il reste longtemps ainsi. Puis les nénuphars passent devant lui, portés par un très léger courant, comme
s'ils l'invitaient à le suivre et il plonge dans l'eau jusqu'à la taille." (Keanu Burns)


guedou.alivreouvert.over-blog.com 24/03/2011 14:50



Tu aurais pu préciser que tu t'appelles Nathalie. Bon, stop ! J'appelle les autres lectrices de Guédou que je préfère à la rescousse ! J'ai l'impression de traverser le désert et je soliloque en
plus ! NON! NE ME LAISSEZ PAS TOURNER DINGUE ! Je ne me sens pas capable de passer seule 40 jours dans le désert, moi, même si c'est Carême ! A vous Houston !


¤¤¤Nathalie¤¤¤, au clair de la lune...