"Les insurrections singulières", Jeanne Benameur, Ed. Actes Sud, 2011

Publié le par guedou.alivreouvert.over-blog.com

Les insurrections singulières Jeanne Benameur  

 Présentation de l'éditeur :

Parcours de lutte et de rébellion, voyage au centre de l'héritage familial, aventure politique intime et histoire d'une rédemption amoureuse, Les Insurrections singulières emboite les pas d'abord incertains d'un fils d'ouvrier en délicatesse avec lui-même. Entre la France qu'on dit profonde et la misère ensoleillée et relative du Brésil, sur les traces d'un pionnier oublié de la sidérurgie du XIXe siècle, Jeanne Benameur signe le roman d’une mise au monde.

 

Pour donner le ton de ce livre, j'ai choisi un extrait de la page 66 (ce sont les pensées du personnage principal, Antoine, ouvrier et fils d'ouvrier en RTT obligatoires) :

"Il faut apprendre et il faut manger.
Alors l'école, alors l'usine.
Et finalement quel que soit le "travail", c'est quelque part toujours la même chose. Faut y aller. Faut faire. Faut rentrer chez soi. Et recommencer.
Les revendications salariales, syndicales, c'est juste pour rendre les choses un peu plus humaines, mais est-ce que c'est humain d'être enfermé pour un môme toute la
sainte journée et pour un homme, est-ce que c'est humain ? et répéter les mêmes gestes de plus en plus vite, de mieux en mieux ?
C'est ça, vivre ?
Je sais, on ne va pas refaire le monde
Mais putain moi je n'y arrive pas.
Comment il a fait, mon père ? Dans quoi s'est-il perdu pour continuer ?
Et Loïc et Karima qui triment pour que les mômes aient du plaisir à apprendre... pour quoi faire après ? Il a raison, Franck, quand il dit qu'on voit bien qu'il n'y a plus d'exemple à donner parce que nos vies sont traitées comme rien. J'ai envie de gueuler. Mais ouvrez-leur les yeux aux gosses, bon Dieu, tant qu'ils ont encore envie d'horizon, apprenez-leur plutôt à se révolter, à chercher leur place dans le monde, pas à prendre juste celle qu'on leur attribue à la louche, allez hop, toi ici, toi là !"

 

J'aime ce livre parce qu'il touche simplement, qu'il montre aussi que chacun peut trouver "sa sortie de crise", se l'inventer à sa manière, cette fameuse "insurrection singulière". Au coeur de la mondialisation, ce sont des personnes qui se retrouvent ballotées, que vont-elles en faire ?

C'est comme une piqûre de rappel à la liberté, ce petit roman. Et ça m'a fait du bien. Je trouve que Jeanne Benameur est vraiment très forte pour donner de l'élan, même quand l'avenir paraît gris.

 

¤¤¤Nathalie¤¤¤

Publié dans Nos coups de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article