Le cerveau de Kennedy, Henning Mankell, Seuil.

Publié le par guedou.alivreouvert.over-blog.com

 

Une femme, Louise, découvre son fils, Henrik, mort. La police de Stockholm conclut au suicide. Louise, une farouche, une en­têtée, ne s'y résout pas. Commence alors pour elle, entre effroi et soif de vérité, un vertigineux périple qui l'oblige à courir la planète (Grèce, Suède, Australie, Espagne et Afrique) en quête d'indices, qui l'oblige surtout à admettre qu'elle ne connaissait guère son fils. Henrik avait des amours multiples, des obsessions étranges (la disparition du cerveau de John Kenne­dy...), des amis louches, des désirs mystérieux, des peurs immenses. Henrik avait plusieurs vies, plusieurs visages, s'entourait de mille précautions, silences, mensonges, et bardait son ordinateur de codes secrets, de fausses pistes.

 

 

 

 

Publié dans Rencontre 9 Mars 2012

Commenter cet article